vendredi 10 février 2012

Le songe de Pandore - Violaine Darmon

La ville entière se remplissait d'eau. De la terre, on ne voyait plus le ciel qu'à travers d'immenses vagues. Les gens couraient ici et là, paniquées. Le grand palais, habituellement imposant, se faisait alors humble et petit sous la fureur de l'Océan. Les femmes et les hommes étaient balayés comme des petites fourmis dans un ruisseau, leurs forces jointes n'étant pas assez puissantes pour lutter contre l'emportement des flots. D'ailleurs, s'ils avaient pu résister, avancer, où fussent-ils allés ? Personne n'était plus en sécurité nulle part. Les seuls qui dormaient en paix étaient les cadavres que le courant emportait déjà. Ma mère s'était réfugiée en haut des remparts du palais ; elle ne me regardait pas, et moi je ne pouvais bouger, aller la secourir. Alors, tout devint flou, et les cloches du temple se mirent à sonner, sonner, comme pour avertir le monde entier que l’île agonisait.........

Email: violaine.darmon@gmail.com

Impression livre AQUIPRINT

Aucun commentaire: